SMX Paris et SEO mobile

le Mercredi 15 Juin 2011 I 2 Commentaires

Les 6 et 7 juin derniers, j'ai assisté au SMX Paris, édition 2011. Le SMX, c'est le rendez-vous des professionnels du Search Marketing. C'est l'occasion d'assister à des débats très pointus dans le domaine du SEO, du SEM, de l'optimisation de la convertion, des Web analytics, etc. C'est aussi la possibilité de discuter avec les moteurs de recherche, qui envoient généralement leurs commerciaux et/ou ingénieurs.

Avant de vous faire un compte rendu des conférences auxquelles j'ai assisté, je vais commencer pour vous parler d'une traduction concrète et immédiate dans le CMS de mes discussions au SMX. Cela concerne le SEO Mobile.

Un sitemap mobile, est-ce toujours utile en 2011 ?

WMaker a été parmi les premiers à proposer à ses utilisateurs une version mobile du site. En 2005, souvenez-vous, c'était un des résultats de la réécriture du moteur WM en XHTML1.1

A partir de là, les fonctionnalités des versions mobiles se sont étoffées, et nous avons bien sûr porté une attention toute particulière au référencement de la version mobile de vos sites, avec d'excellents résultats.

Vous avez néanmoins constaté que parfois, dans les résultats de recherche classique (desktop), votre version mobile pouvait être mieux référencée que votre version web. Le référencement de ces deux versions du site entre alors en compétition et c'est assez gênant pour l'utilisateur et pour l'optimisation de votre visibilité dans les moteurs de recherche.

J'ai profité de mon passage au SMX Paris pour évoquer cette question, et j'ai eu une discussion très enrichissante sur le sujet avec Will Critchlow, CEO de Distilled, venu tout spécialement de Londres pour présenter les Search Ranking Factors 2011 de SEOMoz.

Voici les points importants de nos échanges
1/ l'expérience utilisateur avant tout : c'est une préoccupation constante chez nous, et elle se traduit également dans notre gestion de la version mobile. On détecte le terminal utilisé pour consulter le site et on renvoie la version adaptée :
- un navigateur web => la version web
- un smartphone => la version mobile smartphone
- un mobile 1ere génération => la version mobile light

2/ un site mobile spécifique, ou bien le même site avec une CSS adaptée
Une fois le terminal du visiteur détecté, il y a 2 façons de faire :
- soit on envoie vers un site mobile dédié. Les pages auront alors leur propre URL, du type http://m.mondomaine.com et ces pages seront indexées dans les moteurs
- soit on affiche la page avec une CSS adaptée. Une seule URL est alors référencée dans les moteurs de recherche
Les 2 approches ont leurs avantages et leurs inconvénients. Nous avons fait le choix de la première car elle a un énorme avantage. Avec le site mobile dédié, nous sommes en mesure de vous permettre de paramétrer la version mobile. Vous pouvez y ajouter les modules de votre choix. Vous pouvez même différencier la version smartphone de la version mobile première génération.

3/ indexer en priorité la version web
Étant donné que nous effectuons la détection du terminal et que nous redirigeons vers la bonne version, il est préférable de porter tous ses efforts dans le référencement de la version web du site. Dans les résultats des moteurs, lorsqu'on l'on cliquera sur une url de la version web, on sera dans tous les cas redirigé vers la bonne version.

Aussi, pour vous éviter de soumettre à l'index de Google (et des autres moteur de recherche) les urls de votre version mobile, nous avons pris la décision de ne plus générer le sitemap mobile. Cela évitera de mettre en compétition dans les résultats de recherche les urls de la version web et les urls de la version mobile.

Répartition des visites sur les versions mobiles
Répartition des visites sur les versions mobiles
4/ résultats de recherche sur smartphone = url de la version web
La première question qui vous vient à l'esprit : "Si on ne déclare pas de sitemap mobile, on ne sera plus indexé dans Google mobile ?" La réponse est NON. Vous allez bien sûr être indexés dans les résultats mobiles, et sur ce point j'ai appris des choses très intéressantes. Je vais détailler cela un peu plus bas, car j'ai assisté à une conférence de Bing et de Google sur le sujet, mais notez déjà ceci :

- lorsque vous effectuez une recherche depuis un smartphone, le moteur vous renvoie la liste des résultats comme si vous effectuiez une recherche depuis un ordinateur. Tout simplement parce que les smartphones sont capables de lire les pages web classiques, qu'elles soient optimisées ou non. Bien sûr, la liste des résultats ne sera pas quasi identique que sur PC car des paramètres comme la géolocalisation sont pris en compte pour améliorer la pertinence des résultats, mais ce qu"il faut retenir, c'est que ce sont les urls de la version web qui sont renvoyées, pas les urls de la version mobile.

- en mai 2011, 81 % des visites sur les versions mobile de WMaker sont effectuées depuis un smartphone, avec une part significative pour iPhone. On constate de mois en mois un recul des visites depuis un regular phone sur WMaker. Cela conforte bien la nécessité de miser tous ses efforts de référencement sur les ulrs de la version web.

Quelques mots sur les conférences du SMX Paris

Voici mes impressions et quelques infos intéressantes que j'ai glanées dans les différentes conférence auxquelles j'ai assité.

CONVERGENCE BUSINESS INTELLIGENCE / WEB ANALYTICS
J'ai été heureux d'apprendre que les KPI issus des Web Analytics participaient de plus en plus à l'élaboration de la stratégie des entreprises traditionnelles, au même titre que d'autres indicatieurs issus de la Business Intelligence.
Les outils de la BI sont des outils robustes et éprouvés, qui s'intègrent dans des processus très complexes. Historiquement et à défaut d'autre outils, l'élaboration des dashboard pour les décideurs s'effectue sur Excel, avec toutes limites que cet outil impose en terme de visualisation de donnée.
A contrario, les outils de Web Analytics sont plus jeunes, plus rapide à déployer et plus fun dans leur utilisation. Leur avantage est d'être beaucoup plus innovants en terme de Data visualization, car issu d'un monde où le design et l'ergonomie sont prépondérants.
Cela laisse augurer de beaux jours devant eux aux outils de Data Visualisation comme Mapize.

En arrivant à maturité, les outils de Web Analytics s'introduisent dans les organisations, et pas forcément où on les attendaient. Facile à implémenter, ce sont les directions marketing qui les déploient, sans même parfois que les directions informatiques soient au courant. Cette anecdote lors de la conférence m'a renvoyé immédiatement à WMaker. Chez nos clients grands comptes, on assiste au même phénomène. C'est souvent sous l'impulsion des directions de la communication qu'un webzine WM est déployé car c'est immédiat et prêt à l'emploi. L'agilité des outils en mode SaaS permet de bypasser les procédures complexes et les silos organisationnels des grandes organisations.

ERGONOMIE ET SEO
Durant cette conférence, mes pensées allaient vers Lesia et Sébastien. La culture WM fait que nous cherchons continuellement à marier ces 2 problématiques dès que nous nous penchons sur la réalisation d'une nouvelle page de l'application. C'était assez agréable de partager cette approche avec les participants à cette conférence.
Quelques petits conseils à partager :
- confiez la rédaction des META Description de votre site, non pas à votre expert SEO, mais plutot à votre expert marketing. En effet, le contenu de la META description pèse de moins en moins lourd dans les alogorithmes des moteurs. En revanche, c'est bien ce contenu qui s'affiche dans les pages de résultat. Un marketeur sera bien plus doué pour écrire un message incitant au clic.
- faite confiance à l'affordance de certains textes, images, tracés pour simplifier l'ergonomie de vos pages. L'affordance, c'est la capacité d'un objet à suggérer sa propre utilisation.

NET LINKING
Vous avez tous en tête la pyramide à gravir pour être bien référencé ? Je vous la rappelle :
1 - la base : Faire en sorte que ses pages soient bien crawlées et indexées par les moteurs. WMaker porte toute son attention sur ce point.
2 - le milieu : Écrire fréquemment du contenu pertinent et original pour satisfaire son audience. A vos claviers.
3 - le somment : Obtenir qu'un maximum de sites fassent des liens vers le votre. C'était l'objet de cette conférence.

Premier retour important. Plus le mot clé sur lequel vous souhaitez être bien positionné est concurrentiel et plus le net linking est important pour devancer vos concurrents dans les SERPs .

Commencez par analyser votre propre net linking, pour voir quels sont déjà les sites qui font des liens vers le votre. Pour cela, vous pouvez utiliser Google Webmaster Tools, Open Site Explorer ou Majestic SEO.

Analyser aussi le net linking de vos concurrents, cela vous permettra d'expliquer peut-être pourquoi ils sont mieux positionnés que vous. Pour l'analyse des sites concurrents, il ne vous reste plus que l'option Open Site Explorer ou Majestic SEO.

Open Site Explorer est un outil développé par SEOmoz, la référence mondiale dans le SEO (je suis fan de leurs produits)
Majestic SEO possède un index très complet et donnera, d'après les conférenciers, des résultats plus fins pour des sites hors USA.

Repérer ensuite les sites auprès desquels vous pouvez obtenir des liens. Sachez que les liens reçu depuis des pages dont l'url est du style partenaires.html ou links.html ont moins d'effet que les autres, car les algorithmes pondèrent les liens reçus depuis ce type de pages.

Vous pouvez aussi être tenté de faire des liens vers votre site depuis des annuaires, ou des sites de communiqués de presse. Dans ce cas là, prenez soin de faire varier le titre  et la description sur les différents sites où vous postez votre contenu.

D'une manière générale, il est préférable sur une même page de faire varier les mots dans les balises H1,H2,HX, le titre, et les ancres de textes. Répéter la même séquence de mots dans ces endroits clés n'est pas vu d'un bon oeil par les algorithmes. En revanche, la variété est plutôt bien considérée, car elle est censée refléter le comportement naturel de personnes qui vont faire des liens vers votre site. Tous ne vont pas utiliser un vocabuliare strictement identique.

La conférence s'est achevée par l'exposé d'une technique de construction d'un réseau avancé de net linking. Le principe consiste à créer un réseau de sites de contenu satellites au votre, qui vont pointer vers votre site. Ensuite, il faut déployer les stratégies de netlinking sur les sites satellites. Vous obtenez un maillage de liens depuis des sites à n+2 du votre. Cette technique nécessite de produire un volume de contenu non négligeable sur les sites satellites. Des outils de "content spining" peuvent vous assister dans la rédaction de ces contenus car  ils permettent d'introduire de la variété dans les séquences de mots, tout en traduisant la même idée. Toutefois, attention à la perte de pertinence et d'intérêt de ces productions vis-à-vis d'un visiteur.

Exemple de résultat d'une recherche universelle
Exemple de résultat d'une recherche universelle
RECHERCHE UNIVERSELLE / WEB SEMANTIQUE
Cette conférence a présenté les nouvelles typologies des résultats dans les moteurs. On appelle cela la recherche universelle. Pour une requête donnée, dans la SERP, le moteur va proposer des résultats thématiques. Il présente ces résultats spécifique dans des "Onebox".
La recherche universelle est beaucoup plus aboutie sur Google.com que sur Google.fr. Si vous voulez faire des essais, vous savez où les faire (cf copie d'écran)

Apparaitre dans une onebox augmente votre taux de clics, car graphiquement, la onebox est plus visible et se différencie des résutats "classiques".

Comment faire pour apparaître dans une onebox ?
Et bien ... il n'y a pas vraiement de réponse claire à cette question. Il y a d'ailleurs eu beaucoup de réactions dans la salle à ce sujet, ce qui prouve bien qu'il ne faut pas prendre ce que dit Google pour argent comptant. Des sites ayant suivis toutes les recommandations de Google ne s'affichent jamais dans les onebox contrairement à d'autres qui ne les suivent pas ...

Passons en revue quelques unes de ces onebox, avec pour chacune d'elles les préconisations pour être affiché dedans, sachant que parfois ça peut ne pas avoir d'effet :(

- image : renseigner le titre du fichier et l'attribut alt de vos images avec vos mots clés. Pour renseigner le contenu de la balise alt avec WMaker c'est très simple. Il suffit d'ajouter une légende à votre image. Si vous ne mettez pas de légende, l'attribut alt sera renseignée par défaut avec le titre de votre article. Autre conseils d'optimisation : le contexte sémantique autour de l'image à son importance. Proposer aussi des images de 300 px minimum.
Il est possible aussi de compléter le sitemap avec des données concernant les images mais Google recommande de ne pas y inclure toutes ses images. Difficile de trouver un fonctionnment standard dans le cadre de notre CMs à ce sujet. Ce n'est pas grave, je pense que notre carte maîtresse est l'utlisation des micro-formats. Plus de détails un peu plus bas.

- vidéo : le titre, le nom du fichier et le contexte sémantique autour de la vidéo sont importants. Une fois votre vidéo uploadée dans votre article, vous pouvez éditer le titre. Pensez à le faire car cette information est reprise aussi dans le sitemap vidéo. La soumission de ce sitemap dans Google Webmaster Tools est la deuxième recommandation concerant cette onebox

- actualité : deux possibilités. Soit votre site est autorisé par Google à figurer dans Google Actualités et vous avez donc pu soumettre le sitemap news (je vois renvoie vers cette note expliquant comment indexer vos articles dans Google News) soit vous n'êtes pas autorisé et vous pouvez alors passer par un site de communiqué de presse présent dans Google Actu

- définition : si votre mot clé figure dans une page dont l'url contient le mot glossaire ou lexique alors, vous avez toutes les chances d'apparaître dans cette onebox. Faites le test en utilisant la commande define: dans Google. Par exemple, ça marche avec ce blog pour define:autocomplétion Le mot autocompletion figure dans le glossaire du blog de WMaker. Toutes les urls des mots dans les glossaires des sites WM sont de la forme www.nomdedomaine/glossary :)

- localbox : il faut être inscrit dans Google Adresses pour apparaître dans cette onebox. Plus vous aurez des avis positifs sur votre établissement et plus vous aurez des chances d'apparaître.

- shopping : il est nécessaire de soumettre un fichier XML des produits à Google Merchant Center. Ensuite, les conditions d'apparitions dans la onebox sont visiblement aléatoire. Quoi qu'il en soit, nous avons inscrit dans la roadmap de WMaker la génération de ce fichier XML.

Rich snippet review
Rich snippet review
La conférence s'est achevée en évoquant l'apport du web sémantique sur les résultats de recherche. Comme vous le savez, le web sémantique est un sujet qui nous tient particulièrement à coeur. Nous proposons d'ailleurs en ce moment un sujet de thèse CMS et Web Sémantique en partenariat avec l'Université de Corse et l'INRIA Sophia Antipolis

Les premiers apports du web sémantique apparaissent dans les résultats de recherche. On appelle cela les rich snippets . Il en existe pour les avis, les personnes, les entreprises, les recettes, les évènements, etc....Dans l'exemple ci-contre, vous pouvez consulter directement la notation du film pour la communauté du site IMDb.

Pour enrichir les résultats des recherche avec ce type d'information, les pages web doivent mieux décrire les contenus qu'elles contiennent. Pour cela, on utilise des microformats. Il en existe plusieurs, les plus usités sont RDFa, microformats et microdata. Intégrer ces micro formats dans les pages est capital pour garantir la meilleure visibilité de vos contenus sur le web. La mise en pratique est en cours mais il n'existe pas encore véritabelemnt de norme. Conscients de la nécessité d'une adoption massive des micro formats par les webmasters pour proposer des services de recherche innovants, Google, Yahoo et Bing ont créé l'alliance schema.org. Cette initiative vise à standardiser l'utilisation des micro formats. Ils avaient fait une alliance du même type il y a quelques années pour favoriser l'utilisation des sitemaps avec sitemaps.org.

Chez WMaker, c'est tout l'enjeu du sujet de thèse que de réussir à prendre le virage du web sémantique en s'appuyant sur ces nouvelles standardisations.

SEARCH FACTORS
Pour terminer, voici quelques innovations présentées par Bing en matière de search et de search marketing.

Tout d'abord, des chiffres bon à donner pour se faire une idée de ce qu'est la recheche aujourd'hui :
- 25% des clics sur un résultat conduisent à un "Back" dans le navigateur
- 42% des sessions de recherche requièrent des compléments avant de trouver le résultat attendu
- 50% des requetes durent plus de 30 minutes
- 33% des abonnements mobiles en Europe sont des smartphones, avec accès internet
- 13% des recherches sont mobiles
- 70% des requêtes mobiles veulent être satisfaite dans l'heure, alros que c'est 3 à 4 jours sur PC

Dans cette conférence, l'accent a été mis sur la recherche mobile. D'ailleurs, c'était très intéressant d'apprendre qu'aux yeux des moteurs, le mobile est considéré avant tout comme un outil de recherche, pas un téléphone. N'avez-vous jamais prêté attention à ce petit détail de taille : dans les terminaux WP7 et Android il y a une touche "Recherche" intégrée en dur dans le chassis du portable, mais il n'y a pas de touche "en dur" pour répondre aux appels !!

Une recherche mobile, c'est une recherche immédiate, souvent transcationnelle et géo-localisée. Partant de là, les moteurs proposent de nouveaux formats d'annonces pour les marketeurs :
- annonce clic to call. On clique sur l'annonce, ça déclenche un appel
- génération du trafic vers le point de vente. L'annonce est un coupon de réduction à utiliser dans le point de vente. Sur ce point, 40% des commerçants américains sont prêts à proposer du couponing et 50% des consommateurs américains sont prêts à utiliser ce type d'offre. Pour info, ils sont déjà 52% à faire des requêtes de type "price check" lorsqu'ils sont dans un magasin pour s'assurer qu'on leur propose la meilleure offre.

Enfin, les moteurs jouent à fond la convergence search/social. Bing semble être en position de force par rapport à Google sur le sujet car Microsoft a noué un partenariat avec Facebook. Dans les résultats de recherche, le calcul de pertinence prend en compte le comportement de vos amis Facebook. Par exemple, si vous cherchez une paire de chaussure et que l'un de vos amus Facebook indique qu'il aime un modèle en particulier, il y a fort à parier que Bing va vous proposer ce modèle parmi ls premiers résultats, en vous indiquant que votre ami apprécie.
D'après les premiers résultats aux USA, l'intégration des recommandation des amis Facebook augmente de 10% le taux de clic dans les résultats.

La roadmap front office V5 s'enrichit

Voilà, je voulais partager avec vous ces quelques informations.

Certaines auront des implications directes dans le CMS, dès le déploiement du front office V5. D'autres sont plus généralistes mais toujours utiles à connaitre à mon avis.


Jerome Granados
Jérôme s'occupe de la promotion de WMaker. Il accompagne les prospects dans la découverte de la... En savoir plus sur cet auteur


Vos commentaires

1.Posté par Olivier Oudon le 16/06/2011 02:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Jérôme pour ce compte rendu : super boulot et infos vraiment très intéressantes ! Dans la roadmap du front office V5 si vous pouvez, en plus des apports nouveaux à la mégalopole des CMSistes WMaker, réserver quelques bonnes surprises "spécifiques" en Web sémantique aux habitants du petit village d'irréductibles casse-pieds de Web TVistes que nous sommes (donc des apports en description vidéo), ça serait vraiment cool :)

2.Posté par Emouaten le 17/06/2011 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Twitter
Ouf :) vaut mieux imprimer cet article :)
Merci beaucoup Jerome

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter